Les couleurs silencieuses – Hommage à Vassily Kandinsky

NOTE D’INTENTION

Kandinsky publie en 1926 un important ouvrage théorique dans lequel il définit son langage pictural, tel qu’il a donné corps à l’abstraction.
Dans une période fascinante où l’art se déconstruit autant qu’il reconstruit, les principaux acteurs des révolutions artistiques manifestent le désir de faire entrer dans le calme distancié de la réflexion théorique le bouillonnement inventif qui les submerge.
Cette tension entre une volonté farouche de rationnalité et l’imagination créatrice qui ne cesse de lui échapper, traverse toutes les pages de « Point et ligne sur plan »: elle est la source d’inspiration de mon trio pour flûte, clarinette et pianio « Les couleurs silencieuses ».
Le titre général comme ceux des différents mouvements qui s’enchaînent sans interruption, sont empreintés textuellement à l’ouvrage de Kandinsky:
- Plan originel
- Ondulées libres
- Calme chaud
- Vibrations colorées
- Rythmes primitifs
- Du lyrisme froid au drame brûlant

Ils représentent à la fois l’aspect dramaturgique de la forme et l’identité de chacune de ses parties qui mettent spécifiquement en jeu les ressources sonores et expressives des trois instruments.
Ils reflètent aussi la volonté de Kandinsky, que je reprends complètement à mon compte, de rendre sensible, de donner sens à tous les éléments qui composent la nouvelle grammaire, fussent-ils les plus élémentaires (ou premier): le point pour le peintre, la note (avec ou sans hauteur) pour le compositeur. Ce qui permet d’aspirer à ouvrir de nouveaux horizons sans cesser de parler à l’âme du spectateur ou de l’auditeur.
« Les couleurs silencieuses » sont dédiées à ma soeur Anne-Cécile Cuniot.

LC

Retour à l’index des oeuvres